offres de concerts / concerts proposal (english follows)

contact : brasderic@gmail.com

 

À chaque année, Tour de Bras produit des spectacles originaux articulés autour des pratiques d’improvisation musicale. Ces spectacles sont parfois multidisciplinaires et rassemblent des artistes des scènes régionale, nationale et internationale.

Each year, Tour de Bras produces original performances focused on forms of music improvisation. These performances are occasionally multidisciplinary in nature, and they often bring together regional, national, and international artists.

Voici un aperçu des productions que nous proposons actuellement aux diffuseurs.

 

GGRIL – grand groupe régional d’improvisation libérée //////////////////// GGRIL – grand groupe régional d’improvisation libérée ///////////////

affiche ggril Vivier2015

Le GGRIL est un grand ensemble qui regroupe une quinzaine de musiciens rimouskois autour du désir de la création collective. L’ensemble a invité plusieurs musiciens et improvisateurs importants (Evan Parker, Jean Derome, Michael Fischer, Joëlle Léandre) et a maintenant une réputation qui dépasse largement les frontières du pays grâce à ses disques et à ses participations remarquées à des festivals.

Dans une entrevue récente avec le journaliste Stuart Broomer, le légendaire saxophoniste anglais Evan Parker évoquait le GGRIL en ces mots : « Ils ont un centre d’art à Rimouski où ils peuvent travailler et jouer pendant que des musiciens à Londres sont mis de côté par la spéculation immobilière. Il y a beaucoup à apprendre de l’expérience du GGRIL et des qualités spéciales qui définissent sa pratique. Parmi les musiciens qui composent le GGRIL, il y a différents types d’expérience musicale. C’est ce qui arrive quand vous avez une petite communauté: vous ne pouvez pas jouer avec vos jumeaux. Le résultat est frais et l’échange pousse à la création de nouvelles formes collectives. »

Pour en savoir plus, visitez le site du GGRIL

The GGRIL (Grand Groupe Régional d’Improvisation Libérée, which means Great Regional Group of Freed Improvisation) is a large ensemble of about 15 musicians, all from the Rimouski area, all brought together by their desire to create as a collective. The ensemble has welcomed several major improvising musicians as guests (Evan Parker, Jean Derome, Michael Fischer, Joëlle Léandre). Thanks to its recordings and appearances at major festivals, the GGRIL is now renowned in Canada and abroad.

In a recent interview with music journalist Stuart Broomer, the legendary English sax player Evan Parker said this about the GGRIL: “They have an art centre in Rimouski where they can work and play while musicians in London are pushed aside by speculation in hyper-inflated property. There’s much to learn from the GGRIL experience and the special qualities that define its practice and music. Among the musicians who make up GGRIL, there are very different kinds of musical experience. That’s what happens when you have a small community: you can’t just play with your twins. The result is fresh exchange and new collective forms.”

 To learn more about GGRIL visit band’s page

NOT THE MUSIC///////NOT THE MUSIC//////////NOT THE MUSIC

Philippe Lauzier (clarinette basse, saxophone soprano)

Éric Normand (basse, caisse claire)

not the music : reflux

Not the music est un étrange duo de non-musique de chambre. S’attardant aux techniques dites étendues, aux bruissements et aux chants cachés de leur instruments, Lauzier et Normand ont développé une musique complexe et raffinée, quelque part entre Morton Feldman et le bruit d’un moteur, toujours sur le fil tendu entre la précision des manipulations et le goût de l’accident, comme un dompteur de sons, ou comme glisser les ongles sur un tableau d’ardoise sans faire frotter les dents.

 

Not the Music is a strange non-chamber music duo. Focusing on so-called extended techniques, the murmurs and the inner songs of their instruments, Lauzier and Normand are developing complex and sophisticated music that lies somewhere between Morton Feldman and engine sounds, always on a tightwire running between precision and a taste for accidents, like sound-tamers.

Soft noise and interrupted linearity; Philippe and Eric weave a contemplative sound world that rests uneasily at the edge of an abyss. They tame the monsters of roughness. They experiment with the inner songs of their instruments. They run their nails on a blackboard without making you wince.

PLANT///////////////////////PLANT//////////////////////////PLANT///////////

Jim Denley (flûte, saxophone alto)

Éric Normand (basse, haut-parleurs, caisse claire)

En général, la musique que publie un groupe ne représente qu’une petite partie de ce qu’il a joué – le reste n’est pas enregistré.

Éric Normand et Jim Denley ont joué ensemble pour la première fois, le 25 mai 2010, à Rimouski (Québec). Le contenu de cette soirée a donné naissance au disque compact « Transition de phase ». Toujours à Rimouski, en avril 2012, une deuxième rencontre à donné naissance au microsillon « Plant » .

À ce jour, tout ce qu’ils ont joué ensemble (à l’exception d’un test de son) s’est transformé en artéfacts sonores.

Ces deux musiciens vivent à 10 000 km de distance. Un océan les sépare. Ils n’ont pas la même langue maternelle, mais ils partagent une pratique musicale qui leur permet de se réunir pour créer, sans répétitions, sans vécu commun. Voilà le vrai sens de l’expression « musique du monde ».

Nous avons tous entendu ce cliché qui dit que la musique est un langage universel mais, auparavant, les musiciens devaient se familiariser avec les codes de leurs confrères (sons, gammes, harmonies, rythmes, structures) avant de pouvoir créer ensemble quelque chose de cohérent.

Or, la « musique du monde » de Jim et d’Éric ne se fonde pas sur la découverte du système musical de l’autre où les répétitions permettent de coordonner la production d’un résultat attendu. Elle porte plutôt sur l’acceptation de l’Autre et la coexistence avec lui. Cette mise en commun n’entraîne aucun compromis : chacun des musiciens est en mesure d’être lui-même, de porter ses influences locales, avec une méthodologie commune leur permettant d’œuvrer en parallèle.

 EXTRAIT

Normally a music group’s recorded output is a tip of an iceberg – most of the music played goes undocumented.

 

Eric Normand and Jim Denley first played together on the 25th of May 2010 in Rimourski, Quebec, a recording of the music that night became the CD ‘Transition De Phase’. The next time was also in Rimourski – once again at the Coop Paradis. A recording of that music will become the LP, ‘Plant’.

So far, all the music they have played together, (apart from a sound check), will become audio objects, this is an unusual situation, that says something about the world we live in now.

 

The two musicians live 1100 Km s apart separated by more than the Pacific, (their native tongues are different), but they are involved in a music practice that allows them to come together, without rehearsal and shared experience, to collectively create. This is true ‘world music’.

 

We’ve all heard the cliché that ‘music is a universal language’, but in the past musicians have had to learn each others systems – the sounds, scales, harmonies, rhythms and structures – to create cohesively together.

 

But Jim and Erics’ ‘world music’ is not about learning each others music systems and rehearsing to create co-ordinated expected outcomes – it is rather, about the acceptance and co-existence of the Other. There is no ‘compromise’ in this coming together, each musician is able to be himself, with local influences undiluted, but with enough shared methodology to work in parallel.

Jim Denley, one of Australia’s foremost improvisers of new music, was born in 1957 in the country town of Bulli in New South Wales, and grew up in Wollongong. Wind instruments and electronics are core elements of his musical output.

 

THE SURRURALISTS ///////////////////////THE SURRURALISTS ///////////////////////THE SURRURALISTS ///////////////////////

Arthur Bull (guitare, hamonica, voix)

Éric Normand (banjo, basse, voix)

surruralistes live pour web

Tous deux très actifs sur la scène des musiques improvisées Arthur Bull et Éric Normand se paient un détour dans les musiques populaires américaines, dans les grands espaces et dans l’oralité. Les surruralistes proposent un regard neuf sur la ruralité et sur la façon de se réapproprier des chansons traditionnelles de l’Amérique. Armés de guitares, de banjos, de basses, d’harmonicas et de leurs voix, ils revisitent aussi bien le blues du delta que la musique cajun ou les complaintes québécoises en se permettant clins d’oeil, dérapages et omissions pour laisser le bon temps rouler.

Bull et Normand sont deux improvisateurs qui vivent dans des milieux non urbains du Canada : Sandy Cove (NS) pour Bull et Rimouski (QC), pour Normand. Ce projet est un joyeux mélange d’ironie à l’égard de l’urbanité et de l’« unité canadienne » et un engagement réel à l’égard de la tradition orale.

 

Arthur Bull and Éric Normand are both very active on the improvised music scene, but here they indulge in a side trip through Americana, wide spaces, and the oral tradition. The Surruralists have a new take on rural life and how to reclaim America’s traditional folk songs. Armed with guitars, banjos, basses, harmonicas, and their voices, they revisit styles like delta blues, cajun music, and Québécois laments, while inserting nods, winks, skids, and deliberate omissions, all to let the good times roll.

 

Both improvisers, Bull and Normand live in Canadian non-urban environments: Sandy Cove (NS) in Bull’s case, Rimouski (QC) in Normand’s. This project is a fun mix of irony toward urban life and “Canadian unity” on one hand, and genuine devotion to the oral tradition on the other.

 

CECI N’EST PAS UN POÈME ///////////////////////// CECI N’EST PAS UN POÈME //////////////////CECI N’EST PAS UN POÈME

Marie-Neige Besner (voix et saxophone alto)
Brigitte Lacasse (piano)
Catherine S. Massicotte (violon)
Olivier D’Amours (guitare électrique)
Tom Jacques (vibraphone et percussions)
Alexandre Robichaud (trompette de poche)

et Éric Normand (basse électrique, banjo)
Raphaël Arsenault (violon et ordinateur)

L’ŒUVRE

Née d’une résidence de création et construite à partir de textes de prisonniers politiques d’origines, de causes et d’époques confondues (Aug San suu kyi, Bernardine Dohrn, Huey Newton, Bobby Sand, Julian Assange, Charles Gagnon), cette oeuvre orchestrale poly-stylistique questionne le concept de liberté et ses usages en présentant le point de vue de gens enfermés pour délits d’opinions dans des pays qui se présentent comme protecteurs des droits fondamentaux.

Sous forme de chansons et de récitatifs pour huit musiciens et voix, l’œuvre prend les atours d’une musique de chambre décomplexée, faisant des détours par diverses traditions de chanson populaire en les fondant dans un continuum bien ancré dans la musique contemporaine, nourrie d’improvisation libre. Le texte joue un rôle fondamental et apporte un aspect théâtral à la musique.

En utilisant l’improvisation comme principal matériau musical, les compositeurs ont voulu dépeindre dans l’attitude des musiciens le constant questionnement de la liberté et le rapport de l’individu au groupe.

Accompagnés de huit musiciens de la région habitués des ateliers d’improvisation de Tour de Bras, les compositeurs rimouskois Raphaël Arsenault et Éric Normand amalgament leurs influences respectives pour créer des atmosphères évoquant le jazz moderne comme les musiques contemporaines, minimalistes et électroniques.

 

THE WORK

The result of a creative residency, and built from texts by political prisoners of various origins, causes, and eras –Aug San suu kyi, Bernardine Dohrn, Huey Newton, Bobby Sand, Julian Assange, Charles Gagnon, etc. –, this poly-stylistic piece questions the notion of freedom and its applications through the point of view of individuals who were put in jail for what they thought in countries that present themselves as protectors of basic human rights.

These songs and recitations for eight musicians and voice take the shape of a relaxed form of chamber music with side trips through a number of popular song traditions, these traditions being integrated to a continuum that is firmly rooted in contemporary music and infused with free improvisation. The libretto is a fundamental aspect of this work, as it brings a certain theatricality to the music.

By using improvisation as their main musical material, the composers wanted to depict, through the musicians’ attitude, ongoing concerns about freedom and the relationship between individual and group.

Backed by eight musicians from the area, all regulars of Tour de bras’ improvisation workshops, Rimouski-based composers Raphaël Arsenault and Éric Normand join forces and influences to create a sound world that evokes modern jazz as much as contemporary music, minimalism, and electronica.

 

LES MONOCYTES //////////////SPYROSPACIAL///////////MONOCYTES

Les Monocytes proposent de visiter l’univers intérieur de Buzz Aldrin, deuxième homme à avoir marché sur la lune… ou premier perdant lunaire. Nous sommes le 11 juillet 1969 et un astronaute, quelque part, ressent frustration et jalousie.  Comble de son malheur, il a pour seul interlocuteur le héros de toute une nation. Spirospatial est un spectacle multidisciplinaire qui allie vidéo, musique improvisée, rock expérimental, ironie et satire.
 Formé en 2010 à Rimouski, le duo les Monocytes cherche à rendre plus accessible les musiques d’improvisation en récupérant différents univers connus du grand public pour ensuite leur prêter de nouvelles significations. Avec Brigitte Lacasse au piano préparé et Olivier D’Amours à la guitare électrique.

Explore the inner universe of Buzz Aldrin with Les Monocytes. Buzz Aldrin, the second man on the Moon… aka the universe’s first Lunar Looser. The date is July 11, 1969, and somewhere there’s an astronaut battling with feelings of frustration and jealousy. The worst part is that his sole interlocutor is the hero of an entire nation. Spirospatial is a multidisciplinary performance that blends video art, improvised music, experimental rock, irony, and satire.